Carnets secrets (épisode 11)

21 août 2014 - 11:34

Photo issue du film "Les Cracks" d'Alex Joffé sorti en 1968

Histoire de bidons…   

 

La dernière odyssée de nos 5 intrépides sur le mythique Bordeaux-Paris me rappelle l’expérience que nous avions vécue, à une époque où nous avions les pieds maintenus aux pédales par une sangle de cuir, une époque où les roues libres ne comportaient que 6 pignons, les manettes de dérailleurs étaient brasées au tube du cadre… lui-même en acier… et les maillots en mélange laine-coton  propice aux démangeaisons. Bref, la genèse du CC MORNAC-BREUILLET dont le président s’appelait déjà, à cette lointaine époque… Jean-Max Guilliorit !

Nous étions jeunes, enthousiastes, et très inconscients d’accepter le projet sportif engagé par notre président :  participer à Bordeaux-Paris.

Rompu à l’exercice cycliste consistant à accomplir, chaque dimanche matin la traditionnelle « boucle du Gardour » longue de 60 kilomètres, nous n’avions qu’une vague idée que ce que pouvait être une virée cycliste de 620 bornes !

Ainsi, forts de notre courage et de notre insouciance, nous voilà au départ de la plus mythique randonnée qui soit, Bordeaux-Paris, avec pour chacun d’entre nous un kilométrage training dans les jambes qui ferait sourire la plupart d’entre vous… !

Au départ des Quatre Pavillons, nous étions une dizaine, parmi lesquels Nono, Pierrot, Michel ( le papa de Manu), Henri Mauléon, et une poignée d’autres que des raisons diverses et parfois tristes ont éloignés de ce club.

Parmi ceux-ci, un certain Andreazza, dit « le grand Zaza »…

Un ostréiculteur de Chatressac tout en puissance qui frôlait les deux mètres et nous faisait parfois tirer la langue quand il prenait les relais « vent dans le nez ».

Ce gaillard là ne connaissait pas le petit plateau. Le braquet qui lui convenait le mieux, et qu’il arrachait davantage qu’il n’enroulait, était le 52x13.

Quelle « bestiasse » ce Zaza… !

Ainsi, en début de matinée, étions nous partis pour ce périple de plus de 600 km avec dans le rôle du meneur d’allure « Monglin », un solide cycliste de Bergerac, très expérimenté, qui gèrerait pour nous les temps de pause tout au long du parcours afin de respecter l’horaire butoir prévu ( moins de 32 heures pour couvrir la distance ).

L’organisation ne prévoyant pas de zones de ravitaillement définies, nous avions prévu des horaires d’arrêts clairement identifiés, où nos accompagnateurs nous attendaient pour le pique-nique, car il n’était pas question pour nous de prendre les ravitaillements « en vol ».

Nous savions consacrer au casse-croûte le temps nécessaire,  et Michel détient quelques photos qui témoignent que sitôt la dernière bouchée du repas finie, nous étions trois ou quatre à souscrire à une sieste salvatrice, indispensable pour pouvoir repartir à peu près correctement.           

A cette époque, point de boissons énergétiques à diluer dans l’eau, mais simplement du sirop ou du coca cola que nous mélangions à l’eau.

Le seul cycliste du groupe qui ne suivait pas le même régime était le « fameux Zaza », qui remplissait ses bidons de vin rouge, veillant, comme le stipule les conseils diététiques en manière d’hydratation sportive, à penser à boire quelques gorgées toutes les 10 minutes… !

Après avoir ingurgité quelques bidons, Zaza, était le seul, durant la nuit, à s’élancer comme un fou à chaque entrée de village pour « faire les pancartes »… !

Au petit matin, après avoir éclusé un certain nombre de bidons, Zaza était nettement moins fringuant, et je me demande si ce ne sont pas les pancartes d’entrée de village qui faisaient le sprint en passant à côté de lui…

Nous avions fait une halte au lever du jour, et le camarade Zaza n’avait plus besoin des freins pour stopper la bicyclette car les talus et les fossés semblaient positionnés exprès  pour cela…

Le père de Nono nous attendait prés d’une fontaine, pour asperger et réveiller les « bonnes volontés », et faisait tout autant office de kiné pour masser nos arpions engourdis par la longue route.

Zaza, comme nous tous, n’avait plus l’allure fière de l’ostréiculteur en bord de claire, mais plutôt celle d’une coquille d’huître quand elle racasse… !

Lui comme nous tous parvinrent néanmoins  au bout du « supplice ».

Nous avions tenu l’horaire pour « tamponner » le contrôle d’arrivée avant l’échéance des 32 heures. Mais dans un état de désolation qui ferait les grandes heures d’écoute de TF1 quand sont diffusés les reportages sur les catastrophes…

Sitôt douchés, nous nous efforcions de trouver la meilleure position pour soulager nos fesses et notre nuque très endoloris par l’aventure.

C’est à peine si nous avions remarqué Zaza, toujours debout comme un piquet de collecteur, titubant de droite et de gauche à la recherche d’un équilibre dont on ne saura jamais si c’est la distance parcourue ou la quantité de liquide ingurgitée qui l’avait fragilisé de la sorte.

Lorsque Michel lui demanda s’il voulait boire un coup de rouge pour se remettre, il lui avait répondu :

« Es tu pas fou.. ? du rouge maintenant ? J’en suis gueudé… Mais tu vois, si je pouvions me rincer la goule d’un coup de « vin bian » sorti d’au frigo, ô me requinquerait doucement… ! »

Le « grand Zaza », nul ne sait ce qu’il est devenu, mais je vous assure qu’il fallait que le matériel soit solide lorsqu’il appuyait comme un sauvage sur les pédales.

A bien y réfléchir, il n’y a guère que le porte-bidon pour lequel il était à précaution. Allez savoir pourquoi…

Commentaires

Épopée JPP et Etape du tour 2017 vécue de l'intérieur 2 mois
Etape du tour 2017 : nouvelles photos 2 mois
Etape du tour 2017 2 mois
L' Ariégeoise 2017 : nouvelles photos 3 mois
L' Ariégeoise 2017 3 mois
Briefing avant rando et réconcort après : nouvelles photos 3 mois
Briefing avant rando et réconcort après et Rando VTT et Marche 3 mois
Rando VTT et Marche : nouvelles photos 3 mois
LA LIMOUSINE. Ils y étaient nos 5 courageux + le photographe : nouvelles photos 4 mois
LA LIMOUSINE. Ils y étaient nos 5 courageux + le photographe et Ils y étaient les 5 courageux + le photographe... 4 mois
Ils y étaient les 5 courageux + le photographe... : nouvelles photos 4 mois
Ekoi 2017 et 12 autres : nouvelles photos 4 mois
Ekoi 2017 et Coco et Max dans l'effort 4 mois
Circuits 4 mois
Bulletins d'inscription VTT Marche 4 mois