Carnets secrets épisode 16

4 décembre 2014 - 17:21

Bordeaux Saintes

LES « BARBUS » FONT  LEUR DJIHAD…

Automne 1978, un stage de boxe à l’INSEP me fait rencontrer un personnage étonnant, Marco, lui-même en stage mais avec les cyclistes.

Il avait été convoqué pour effectuer  les tests  à même de constituer le quatuor de cette magistrale épreuve olympique aujourd’hui disparue du « 100 km contre la montre ».

De tous temps, les coureurs cyclistes ont les jambes rasées.  Peut-être pas depuis Vercingétorix, mais depuis Robic, c’est sûr !

Tous ?... non, car l’un d’entre eux, Marco, refuse de rentrer dans ce créneau très particulier de l’épilation masculine dont je ne sais toujours pas la véritable raison…

Esthétisme pour les uns, médicale pour les autres à seule fin de facilité les massages… Nul ne sait vraiment, à moins que ce ne soit pour l’aérodynamisme et l’amélioration de la vitesse instantanée.

( …encore que, pour ce dernier point, il est semble- t-il vérifié que certaines  piqûres auraient  un effet  plus évident…)

Toujours est-il que le seul cycliste à se présenter au p’tit déj’ le matin avec une barbe d’ayatollah et des cuisses poilues comme celle d’un singe était le dénommé Marco !

Forcément, dans ce haut lieu du sport qu’est l’INSEP, le gaillard faisait un peu tache, voire un brin touriste.

J’avais néanmoins sympathisé avec ce breton barbu durant la semaine passée là-bas.

Quelques mois plus tard, en mars de l’année suivante, il me passe un coup de fil pour m’informer qu’il vient faire une course « dans mon coin », et que ce serait sympa de boire une binouze ensemble.

Le jour venu, je suis bien évidemment à proximité de la ligne d’arrivée, en ayant pris soin de repérer un bistrot à proximité pour pouvoir le retrouver après son arrivée.

Et soudain, dans la longue ligne droite en faux plat du Cours National, je devine au loin un groupe de quelques coureurs qui se sont extirpés du paquet quelques kilomètres plus tôt et qui vont s’expliquer au sprint et à la régulière.

Parmi eux, je reconnais immédiatement Marco, bien évidemment inconnu du grand public. Cela dit,  un barbu avec  4 cm de poils sur les jambes, ça  ne passe pas inaperçu… !

Le public n’en revient pas de voir ce grand escogriffe qui n’a rien d’un cycliste fausser compagnie à ses camarades d’échappée et s’imposer.

Marc Gomez, venait d’ajouter à son palmarès l’une des plus belles courses cyclistes amateur qui soit, Bordeaux-Saintes.

Pour compléter le podium, deux « pointures », Castaing, futur sprinter de l’équipe Peugeot, et Fedrigo, le père de celui que vous connaissez tous.

Deux ans plus tard, Marc Gomez récidive, mais cette fois, pour tromper son monde, il sera rasé de près… !

Passé professionnel, il s’impose dès la première année sur l’une des plus belles classiques qui soit, Milan – San Remo.

L’année  suivante, il est champion de France.

 

( la suite dans un prochain épisode des « carnets secrets » )

Commentaires

Épopée JPP et Etape du tour 2017 vécue de l'intérieur 2 mois
Etape du tour 2017 : nouvelles photos 2 mois
Etape du tour 2017 2 mois
L' Ariégeoise 2017 : nouvelles photos 3 mois
L' Ariégeoise 2017 3 mois
Briefing avant rando et réconcort après : nouvelles photos 3 mois
Briefing avant rando et réconcort après et Rando VTT et Marche 3 mois
Rando VTT et Marche : nouvelles photos 3 mois
LA LIMOUSINE. Ils y étaient nos 5 courageux + le photographe : nouvelles photos 4 mois
LA LIMOUSINE. Ils y étaient nos 5 courageux + le photographe et Ils y étaient les 5 courageux + le photographe... 4 mois
Ils y étaient les 5 courageux + le photographe... : nouvelles photos 4 mois
Ekoi 2017 et 12 autres : nouvelles photos 4 mois
Ekoi 2017 et Coco et Max dans l'effort 4 mois
Circuits 4 mois
Bulletins d'inscription VTT Marche 4 mois