Etape du tour 2017 vécue de l'intérieur

18 juillet 2017 - 21:04

Bonjour à Tous,

Après notre périple alpestre ou alpin, comme viticole ou vinicole, c'est comme on veut, quelques mots ci-dessous de notre champion du jour qui reste quand même attaché au club de Mornac même s'il a émigré à Toulouse, et qui s'était entrainé un peu avec nous il y a quelques semaines.

Il a promis d'être des nôtres dans 10 jours pour vous énervasser aux approches des pancartes

On se refait tous un peu le film de notre journée : quand on a été bon même si ca n'a pas duré très longtemps, quand on en a chié sa race, quand on est dans le 12% et qu'on voit les lacets qui nous narguent 300m plus haut, quand on raisonne coup de pédale après coup de pédale car on ne peut se projeter plus loin, quand on décompte les centaines de mètres qui nous sépare du sommet, ...quand on aurait pu être meilleur...

Mais on a tous tutoyé les dieux du vélo et vaincu avec un grand respect et beaucoup d'humilité un monument
 du cyclisme mondial : L' IZOARD, une première pour beaucoup, une retrouvaille pour d'autres en portant haut l'esprit du club à défaut de la tenue sauf pour Coco et Yann

Les absents ont eu tort c'était fabuleux. On rêve déjà d'y retourner, vivement l'année prochaine !!! enfin presque tous mais ca vous devez déjà le savoir et si c'est pas le cas on vous racontera dimanche !!!

Merci à toute l'équipe Yann, Coco, Manu, Bleck, Thierry, Pat, Daniel, Gérard, Maxime, Muriel, Lili, Patricia, Marie-claire, Miss Horseau(excuse-moi Gérard, je ne me rappelle plus son prénom), et un grand merci spécial à mon coach unique et préféré Bambino sans qui je n'aurais pas réussi de cette manière

A chacun son étape, 

VOUS N'AVEZ RIEN LACHE,

VOUS ETES DES LIONS

Stéphane DEVOUGE
Géomètre-Expert
61 Av. Daniel Hedde
B.P. 90024
17202 ROYAN CEDEX
Tél. : 05.46.38.38.00


De  Maxime DEVOUGE 

Le résumé que j'ai envoyé aux gars de mon club et à des collègues.

 

Dimanche, c'était l’Étape du Tour. Briançon -> côte des demoiselles coiffées (Cat 3) -> col de Vars (Cat 1) -> col de l'Izoard (HC), ça promettait du sport. Mais commençons par le commencement.

Départ à 7h15. A peine 200m avalés que je suis déjà à 45km/h (départ en descente). Contrairement à l'Ariégeoise, il faut rapidement trouver un bon groupe donc je m’emploie à remonter le peloton pour me mettre à l'abri devant l'accordéon. Les 1ers km se passent bien, et surtout vite : ça relaye à 45/50 km/h, autant dire que personne ne parle. Dans les petites bosses qui précèdent la 1ère difficulté du jour, je me répète à chaque coup de pédale de ne surtout pas m'enflammer, même si les jambes n'attendent que ça et que j'ai envie de bouffer le guidon (pas de vélo de la semaine, ça crispe haha). On arrive en bas de la côte des demoiselles coiffées : 55 km parcourus, 38.5 km/h de moyenne. Effectivement, on n'a pas trainé. La côte se passe bien, certains partent à bloc (allez y on se reverra plus tard les gars), et moi je monte à mon rythme. On bascule, descente rapide mais pas technique, ça regroupe en bas, et nous voilà partis vers le col de Vars. Bon fallait quand même remonter la vallée pendant 40 bornes avant d'arriver au pied du col, et ça s'est pas fait tout seul. Toujours dans un souci d'économie (et surtout parce que j'avais pas les cuisses des mecs qui nous emmenaient), je me planque et j'essaye de rester placé. Sauf qu'à l'allure où les mecs emmenaient, certains commençaient déjà à tirer la langue, et ont malgré eux provoqué des cassures. Obligé de boucher le trou plusieurs fois, ça m'a fait c**** de laisser quelques cartouches ici. Mais bon c'est la course. Je zappe le ravitaillement solide, m'arrête au ravitaillement liquide 16 bornes plus loin, et nous voilà au pied de Vars. A cet instant, les cuisses sont bien chaudes : 118 km parcouru, 1300m de dénivelé, 30.4 km/h de moyenne, vu mon niveau je trouve ça pas mal. Je laisse les mecs partir, je trouve mon rythme, et j'accélère progressivement. le col se passe bien, mais se révèle plus dur que prévu. Certaines pentes sont raides, et faut en garder sous la pédale alors j'encaisse sans broncher, et je refuse de dépasser les 12 km/h. Je remonte et dépose des mecs qui avaient monté la côte de demoiselles coiffées à bloc (chacun son tour les gars :D). Arrivé en haut : 10.9 km/h de moyenne. Je bascule sans m'arrêter et entame la descente à bloc. Le revêtement est nickel, mais la descente pas assez technique à mon goût. Je sors la grosse attaque, retarde tous mes freinages, mais ça suffit pas, et je dépasserai jamais les 90km/h. Me voilà au kilomètre 151 : dernier ravitaillement solide. A ce moment je suis toujours au dessus des 30 km/h de moyenne. Je ne veux pas me l'avouer, mais je sent que ça passe très bien. Je remplis mes 2 bidons, croque dans un quartier d'orange, et repars sans perdre de temps. Je groupe avec 2 mecs, et on remonte les gorges qui nous emmènent au pied de l'Izoard. Mine de rien, ça monte un peu quand même et on se cale à 27 km/h en prenant soin de bien faire tourner les jambes. Mais bon sang il est où ce col?? Ça tourne et ça re-tourne mais point de pied du col. A ce moment j'ai qu'une envie, c'est croiser le fer avec ce géant hors catégorie. Après tout, c'est l'objectif de ma saison. Ah ça y est, on arrive à un carrefour, on passe la cellule, top chrono. Les cuisses ont déjà pas mal donné, mais à nous deux mon grand, on va voir si t'es à la hauteur de ta réputation...et le bougre l'est. Même les premiers km, pourtant pas dur selon des connaisseurs, font leur effet. J'attends patiemment le dernier ravitaillement liquide, car je commence à sacrément tirer la langue et à ressentir les 167 km déjà parcourus. Ah oui, je vous ai pas dit : le soleil est de la partie, et s'est clairement rangé du côté du col pour nous en faire baver encore plus. Tant mieux, plus le défi est grand, plus la victoire est belle. Dernier ravito liquide, je remplis un bidon vide d'eau pour pouvoir m'asperger, et repars aussitôt. A ce moment, on est dans une lonnnngue ligne droite qui n'en finit pas. Et je me rend compte qu'on est dans un cul de sac. Alors je lève la tête pour voir par où on va sortir, et aperçois tout là haut (genre tout là haut tout là haut), la casse déserte et les derniers lacets. Ah faut monter jusque là??? Il reste 9 km, je voulais me battre avec un géant, je vais être servi. J'attaque les premiers lacets, qui ne font pas rire du tout. Les pentes sont plus raides que Jean Lassalle en fin de soirée, ça cogne, c'est dur de respirer, et les cuisses me lâchent mètre après mètre. Je mouline tout ce que je peux car je sent les crampes prêtes à bloquer les cuisses à tout moment. A ce moment, c'est le mental qui prend le relais. Comme on dit : ce que tête veux, corps veux. Pourtant l'Izoard ne lâche rien dans le bras de fer. C'est long, c'est dur. Mais c'est peine perdu, je vais te battre, c'est qu'une question de minute. A 3 km du sommet, on passe à côté des stèles de Fausto Coppi et Louison Bobet. Pas question de les décevoir, le sommet est là, l'euphorie commence à faire effet. Je retrouve un peu de fraicheur, et pour bien montrer au col qu'il a perdu, j'attaque! Me revoilà au dessus de 12 km/h. Pus que 4 lacets. Plus que 3. Plus que 2. Plus que 1. Plus que 200m. Dernier virage. F.I.N.I.S.H.E.R!!! Verdict : 6h59'53", 25.87 km/h de moyenne, 1355/16000. Le 1000ème me colle 10 minutes, mais je vois pas du tout où je peux aller le chercher, tant j'étais au max partout. Tant pis, on reviendra.

Commentaires

Épopée JPP et Etape du tour 2017 vécue de l'intérieur 2 mois
Etape du tour 2017 : nouvelles photos 2 mois
Etape du tour 2017 2 mois
L' Ariégeoise 2017 : nouvelles photos 3 mois
L' Ariégeoise 2017 3 mois
Briefing avant rando et réconcort après : nouvelles photos 3 mois
Briefing avant rando et réconcort après et Rando VTT et Marche 3 mois
Rando VTT et Marche : nouvelles photos 3 mois
LA LIMOUSINE. Ils y étaient nos 5 courageux + le photographe : nouvelles photos 4 mois
LA LIMOUSINE. Ils y étaient nos 5 courageux + le photographe et Ils y étaient les 5 courageux + le photographe... 4 mois
Ils y étaient les 5 courageux + le photographe... : nouvelles photos 4 mois
Ekoi 2017 et 12 autres : nouvelles photos 4 mois
Ekoi 2017 et Coco et Max dans l'effort 4 mois
Circuits 4 mois
Bulletins d'inscription VTT Marche 4 mois